Le Blog

 

Kaléidoscope littéraire #4

avril 2020

 
 

Kaléidoscope littéraire #4

avril 2020

Pour garder le contact en cette étrange période de confinement, Clara Le Picard autrice et metteuse en scène de la Compagnie à table - en longue résidence au Théâtre Joliette - vous propose un Kaléidoscope littéraire : des temps d'écriture réguliers à retrouver sur Facebook et sur le site du Théâtre. 

« Rendez-vous un jour sur deux pour écrire sur ce que nous sommes en train de vivre, des petites consignes d’écriture faciles pour en une semaine écrire un instantané subjectif de la situation, un polaroid écrit. Je vous donne rendez-vous le lundi, mercredi et vendredi sur l'événement Facebook et sur le site du Théâtre Joliette et ensemble, constituons un témoignage kaléidoscopique de cette situation inédite. » Clara Le Picard

 

***********************

CONSIGNES D'ÉCRITURE

Dixième rencontre - lundi 13 avril
« Puisque c'est jour férié, faites-nous rêver. »

Onzième rencontre - mercredi 15 avril 
« Notez dix phrases que vous entendez. »

Douzième rencontre - vendredi 17 avril 
« Que pensez-vous de la situation actuelle ? (en dix phrases) (vous, ou quelqu'un d'autre comme vous voulez)
Ensuite alternez une phrase entendue (consigne de mercredi) et une phrase de la consigne d'aujourd'hui. »

 

***********************

QUELQUES TEXTES

Écrit mercredi en ne respectant pas les consignes d’écriture! Trop troublée d’avoir à respecter les autres!
Je vois...une nature en renouveau
Je vis...un parcours d’escargot
Je ressens...une sourde colère
Je regrette...un temps perdu
Je crains...une vaine expérience
Je déplore...un gâchis désorganisé
Je perçois...une vérité tronquée
Je dis...un refus du leurre
Je pressens...une autre catastrophe
Je désire...une autre réalité.
Armande T.

 

Je vais devenir folle
J’adore cette période car je n’ai aucune contrainte
C’est vraiment anxiogène
Ce confinement est difficile mais indispensable
Ça me permet de me mettre à jour sur tout mon travail en retard
Je confine donc je vis...
...de vous claquemurer aux choses du ménage / Molière
Devenu cuisinier
Devenu dessinateur
Je me sens bien chez moi
Julien F.

 

Tour de table ?
« Les gens sont devenus très exigeants, ils n'ont pas eu l'habitude de se priver »
Bon, juste j’aurais besoin d’une attestation qui indique…
« Le gouvernement […] n'a rien vu venir »
De rien
« Pour nous, le confinement ne change pas grand-chose »
Je vous ferai passer les éléments
« [Ca] met à nu plusieurs choses, et révèle la faillite d’un certain modèle ! »
Ok, du coup ?
« Les gens vont chercher à être plus solidaires dans leur fonctionnement collectif »
On se voit après ?
« On se prépare comme si on devait reprendre »
J’ai une question…
« La situation actuelle est incontestablement violente ! »
On peut s’embarquer à un moment donné et…
« Il ne faut pas projeter les gens dans l’illusion »
Ca me semble important
« Les gens respectent les règles »
Merci à vous.
« Le monde d'après ? »
Jérémy Y.


Ce que je pense de la situation actuelle ? Je ne la pense pas. Mes narines sont contentes de humer un air qui ne sente pas le gasoil. Oui nous habitons rue de la loge à côté de Saint-Laurent, que j'appelle régulièrement Saint-Jean à cause de la mort de mon cousin - il y a longtemps mais bon ses manières d'être étaient si savoureuses qu'il me manque toujours -

et donc rue de la loge en temps "normal" ça sent le gasoil, et aussi la friture. Là non, oui les restaurants donnant sur le port étant fermés leurs ventilations rejetant les joyeuses odeurs ne tournent pas. Et à ce propos mes oreilles s'épanouissent : le matin les oiseaux et non ces ventilateurs de restaurants, ni le vrombissement du petit train touristique stationnant habituellement une bonne vingtaine de minutes, le temps pour l'un de ses chauffeurs de fumer son clope, boire son café, discuter son coup avec les gars de la rue... bbbbb ! Avec le confinement, c'est le cinématographe à domicile. Comme ça ne pue plus, que ça n'assourdit plus : je me mets aux fenêtres, je respire large et du coup j'y vois mieux. Respirer large ouvre les yeux.... et les sens ... ainsi le cinématographe ce sont mes voisins d'ici et de là : un danseur, un mot-croiseur, une fumeuse, un fumeur, un étendeur de linge, un arroseur de géranium, une salueuse de la main, (...) qui.... Oups ! stoooop ! Oui ! merciiiii j'avais besoin d'écrire !
Véronique B.


Jours heureux lointains. Rentre dedans. A portée de coudes. Non. La situation actuelle pense pour nous. Viens. Alkpote à dit : "gardons le meilleurs" alors... Y'a la torture. Gardons le. Non papa. Gardons Alkpote. Va chercher le magazine. Trois heures par jours, c'est suffisant. La torture ? Et encore, pas tous les jours. Oui, va le chercher. Trente minutes, c'est bien. Papa, tu fais quoi ? Demain, on ouvrira les rues de loin. Attention à tes doigts.
Léo L.

 

***********************

Si vous souhaitez participer à ce Kaléidoscope littéraire, rendez-vous tous les lundis, mercredis et vendredis à 10h
sur l'événement Facebook : https://urlz.fr/cbwv
Si vous n'êtes pas sur Facebook, nous plublierons les consignes sur la page d'accueil du site et vous pourrez nous envoyer vos textes à l'adresse com@theatrejoliette.fr